Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Interview d'un militant de Coup Pour Coup 31, présent au CITA, par le blog Culture Clash

 

Nous avions annoncé la tenue en Allemagne du Conseil des Travailleurs de l'Automobile. En voici un premier bilan, dans une interview, Paulo, nous raconte comment il a vécu ces trois jours à Hanovre.


1. Qui sont les gens qui participent au CITA ? Les gens qui participent au CITA sont avant tout des ouvriers de l'automobile mais aussi des employés et des techniciens du secteur. La plupart sont des militants syndicaux de classe et/ou militants politiques.


2. Quelle était l'ambiance générale là-bas ? L'ambiance durant les 4 jours du Conseil était une ambiance de solidarité internationale, fraternelle et de franche camaraderie ! On sentait que tout le monde était content d'être là pour se retrouver et débattre ensemble sur ce qui arrive à tous en pleine face : licenciements, répression etc.


3. Quelles sont les difficultés majeures rapportées par les camarades de l'automobile ? Les difficultés majeures des camarades de l'automobile sont évidemment les effets du système capitaliste : les licenciements, la flexibilité, la dureté du travail, la "production allégée" qui a servi à augmenter l'exploitation etc. Mais c'est aussi la répression des luttes ouvrières à travers toute la planète qui se battent pour leurs intérêts : chez Ssangyong Motor en Corée du Sud, chez Ford Russie, chez Dacia en Roumanie etc.


4.Quelles sont les différences importantes qui existent entre les différents continents? Les différences importantes d'un continent à l'autre sont justement les formes de répression. Ce sont les licenciements politiques en Allemagne, le meurtre aux Philippines ou au Mexique et pour la France (pour l'instant) de fortes amendes et du sursis à l'image des 6 camarades de Continental... Mis à part ça, on voit que globalement c'est la même chose pour tous et toutes : exploitation et résistances ! Mais il y a aussi des problèmes quant à la manière de lutter qui se posent : comment créer l'unité entre les ouvriers des constructeurs et les sous-traitants, comment favoriser un syndicalisme de classe face au syndicalisme de collabo et/ou les gouvernements, comment combattre le chauvinisme etc. Toutes ces questions ont été abordé et méritent évidemment de prolonger le débat car les solutions miracles n'existent malheureusement pas!


5. Qu'est-ce que cette 6ème édition a apporté de nouveau pour les luttes à venir ? Cette 6ème édition a permis de renforcer les liens des camarades à travers le monde. Plusieurs chartes de solidarité existent entre les travailleurs de différents groupes comme General Motors ou VolksWagen. Nous avons put voir que depuis le 5ème Conseil, ces chartes ont permis de faire vivre concrètement la solidarité internationale. Et puis la nouveauté est l'adoption d'un "programme de lutte international du mouvement ouvrier combatif de l'automobile" mais malheureusement je n'étais plus là au moment des votes pour en dire plus...


6. Qu'est-ce qui t'a personnellement le plus marqué au cours de ce séjour ? Ce qui m'a le plus marqué est évidemment la rencontre avec des dizaines d'ouvriers de tous les continents (Mexique, Philippines, Afrique du Sud, Russie etc.) et de voir "en live" que tous les travailleurs se battent avec acharnement contre ce système. On sent pendant cette rencontre la force que représente notre classe, une classe qui a le pouvoir de tout transformer si elle en prend conscience!