Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

free the 43-272x300Le Président Benigno Aquino III, qui a pris ses fonctions à la fin du mois de juin dernier, a publiquement reconnu que l’arrestation des « 43 de Morong » était entachée d’irrégularités. Cette prise de position fait suite à l’action de la Secrétaire à la justice, Leila de Lima. Celle-ci avait présenté au Président une demande pour que le cas des 43 prisonnier-e-s soit reconsidéré.

 

Le Président a notamment reconnu que les policiers et militaires avaient procédé aux arrestations sans mandat d’arrêt. Le mandat qu’ils détenaient désignait un certain « Mario Condes », or aucun des « 43 de Morong » (ni d’ailleurs personne dans le village où ils/elles ont été arrêtés) ne se nomme ainsi.

 

Les proches des « 43 de Morong » et la Free The 43 Health Workers Alliance se réjouissent des déclarations de Benigno Aquino, mais ils/elles soulignent également que la suite logique devrait être une libération des 43. Comme l’a déclaré Evelyn Montes, l’épouse du Dr. Alexis Montes, « [le Président] reconnait que l’arrestation était une erreur depuis son début. Qu’est ce que le Président attend ? Il a le pouvoir de les libérer. »

 

Benigno Aquino a en effet la possibilité de libérer les « 43 de Morong », puisque l’instruction de l’affaire relève directement du Département de la Justice. Non seulement les proches des « 43 de Morong » et la Free The 43 Health Workers Alliance ont annoncé qu’ils/elles vont continuer à faire pression sur Benigno Aquino pour qu’il libère les 43, mais ils/elles ont également annoncé qu’ils/elles entameront des démarches afin que les responsables de l’arrestation des « 43 de Morong » soient poursuivis, pour arrestation illégale et torture, dès que les 43 seront libéré-e-s.

 

Le Président Aquino, qui avait fait campagne en se présentant comme soucieux des droits humains, a amnistié il y a peu plusieurs militaires impliqués dans des tentatives de coup d’état. Il y a plus de 400 prisonnier-e-s politiques dans l’archipel. Ils/elles doivent tous être libéré-e-s !

logo2.jpgSource : Solidarités - Philippines