Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Nous reproduisons ci-dessous une déclaration de Salameh Kaileh, militant marxiste palestinien de Syrie, qui revient sur la situation en Syrie et l'attitude des forces de "gauche" dans les pays impérialistes, dont la France. 

 

Lettre aux partis de gauche dans le monde (pour la tenue d'une conférence de soutien à la révolution syrienne)

 
Traduction résumée par Francoise Clement de Salameh Kaileh

assad-alaouite.jpgMalgré les interventions des acteurs internationaux depuis un an et demi, la révolution syrienne est celle d'un peuple qui se bat pour la liberté et la justice sociale. Elle vise au développement démocratique dans un monde où l'impérialisme impose des réformes économiques au service des maffias financières impérialistes, qui pillent les peuples et les appauvrissent davantage. Le peuple syrien s'est révolté contre la pauvreté, l'exclusion et une longue dictature. Il mène la révolution la plus forte, défiant les assassinats et les destructions par toutes les armes, toutes les formes de répression, de détention et de torture, et continue à combattre pour le pain, la liberté et la dignité. (Malgré sa lutte héroïque pour ses droits), le peuple syrien subit l'incompréhension et le déni de forces de gauche dans le monde. Ces dernières ignorent que le régime syrien a imposé au cours de la décennie passée un néolibéralisme généralisé, libéralisé et réduit l'activité aux services (tourisme, immobilier, importation et finance), détruisant l'industrie et l'agriculture productives, et concentrant le capital dans le groupe lié à la famille au pouvoir. Il a accru la masse des pauvres, des chômeurs et des exclus. Elles croient que pouvoir syrien participe à des alliances internationales, qui s'opposent aux changements de régime comme en Irak par l'impérialisme états-unien. En effet, le pouvoir syrien a dû renforcer ses alliances avec les régimes iranien et turc, en concluant avec chacun un accord stratégique. Il en profite pour se présenter comme "l'axe de la résistance" contre le diktat des Etats-unis. De ce fait, le régime syrien est perçu à l'extérieur comme "anti-impérialiste", alors qu'à l'intérieur, il insère davantage l'économie syrienne dans l'impérialisme économique mondial, tout en passant par d'autres voies que celle de l'impérialisme états-unien. En réalité, la révolution syrienne participe au large processus de crise dans laquelle le capitalisme est entré en 2008, et a détérioré les conditions de la lutte des classes. De fait, la révolution syrienne doit être au centre des préoccupations de la gauche dans tous les pays, et être soutenue par tous les moyens, pour lui permettre de vaincre sa dictature capitaliste maffieuse et barbare. Nous appelons à rencontrer tout-e militant-e de gauche dans le monde pour atteindre cet objectif. Nous devons réfléchir aux meilleurs moyens pour que la gauche dénonce les mensonges des régimes impérialistes occidentaux, qui prétendent soutenir la révolution syrienne, alors qu'ils n'oeuvrent que pour leurs intérêts impérialistes, "sont à ses côtés" en paroles, tout en oeuvrant pour prolonger la durée de la répression, et aident davantage les forces intégristes, tout en prétendant défendre la liberté et la démocratie. La gauche doit empêcher la déformation de la révolution par ce discours mensonger, et favoriser le rapprochement des peuples et des forces réellement anti-impérialistes, en créant un monde humain, juste et permettant le développement sur toute sa superficie. Si le peuple syrien en vient à croire, faute de soutien de gauche, que ce sont les Etats capitalistes impérialistes qui le soutiennent, alors ces derniers oppriment les autres peuples de la nation arabe, par leurs politiques impérialistes, et leur soutien à l'Etat sioniste et à ses politiques barbares, cela retardera l'alliance entre tous les peuples du monde contre leurs régimes capitalistes. Nous attendons au contraire de chaque parti de gauche qu'il soit aux côtés du peuple syrien, comme il l'a été par le passé. Nous sommes contre tout intervention impérialiste en Syrie, contre l'attente de secours de l'impérialisme, car le peuple syrien est capable de vaincre avec force, avec le soutien des forces de gauche. Le peuple syrien est conscient de l'hypocrisie des pays impérialistes, mais ne voit pas le soutien des forces de gauche et des peuples des pays impérialistes et du reste du monde. Par crainte d'une intervention impérialiste, les forces de gauche et les peuples ont laissé leurs gouvernements impérialistes réactionnaires, proposer seuls des "solutions" qui, en déplorant hypocritement les victimes, ne visent qu'à qu'à faire avorter et détruire la révolution, diviser la Syrie, son territoire, son histoire, et sa civilisation. Par crainte de l'intégrisme, les forces de gauche n'aident pas les forces de gauche syriennes à devenir la principale force dans la lutte, alors que les revendications du peuple le poussent vers elle. 

 
Pour toutes ces raisons, nous pensons que la gauche doit exprimer avec toute ses forces son soutien à la révolution, et mène avec nous tous les combats contre ceux qui appellent à l'intervention impérialiste et au fondamentalisme, pour que le peuple sorte victorieux et impose le régime qui satisfait ses revendications. : - en s'opposant avec force à toute intervention étrangère et dénoncer les partis de l'opposition syrienne qui misent sur une intervention étrangère, - en soutenant avec la même force le peuple syrien dans son combat pour la liberté et la justice sociale, et toutes les forces qui portent cette révolution réellement anti-impérialiste et opposée à toute intervention impérialiste, et s'organisent pour que le peuple impose son pouvoir patriotique et laïc, réalise ses intérêts et non ceux d'une classe de capitalistes ou d'impérialistes. Le peuple syrien appelle à la solidarité des peuples du monde, pas celle des impérialistes qu'il sait contre lui, et qui oeuvrent pour détruire sa société et la piller. La gauche syrienne appelle à l'aide et au soutien, pour développer son rôle et devenir capable de faire face à toutes les tentatives d'appel à une intervention étrangère ou de provoquer des conflits confessionnels, et devenir capable de renforcer sa position dans le combat local et mondial. Pour toutes ces raisons, nous pensons que nous devons nous rencontrer pour décider de stratégies claires qui affirment le soutien à la révolution en Syrie, précisent les étapes nécessaires à leur réalisation, qu'il s'agisse de dénoncer les politiques de notre régime, de soutenir toutes les formes du mouvement qui manifestent ce soutien, ou de procurer le soutien financier possible, dans un cadre plus large qui soutient toutes les révolutions arabes, et toutes les révolutions qui peuvent se soulever dans le monde. Aujourd'hui, nous devons soutenir la révolution syrienne qui affronte le plus barbare des régimes, pour la réalisation de notre victoire. L'initiative d'appeler à un congrès des forces de gauche en Italie (Palerme) doit contribuer à cet objectif.