Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

L'Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe (UGTG), syndicat de classe anti-colonial, est de nouveau victime de la répression. Nous avions déjà soutenu l'UGTG , nous réitérons notre solidarité!

Répression syndicale en Guadeloupe

Le syndicaliste guadeloupéen, Elie Domota, secrétaire général de l’Union Général des Travailleurs de Guadeloupe devait comparaître mercredi 1 juin 2017 devant le tribunal de Pointe-à-Pitre. L'audience est reportée au 6 juillet 2017.

Ce procès est un symbole de plus de la répression touchant tout mouvement social sur l’île.

Elie Domota, figure militante en Guadeloupe est poursuivi pur « violence en réunion » lors d’une manifestation organisée à Jarry – la zone industrielle de Pointe-à-Pitre en avril 2016, sur la foi d’un seul témoignage, d’un seul plaignant. Les travailleurs contestaient alors le licenciement de la quasi-totalité de la section syndicale UGTG chez le concessionnaire BMW. L’UGTG parle « une nouvelle tentative de s’en prendre à (l’)organisation syndicale pour essayer de (la) faire taire ». 

Le Comité international contre la répression (Cicr) dénonce un système capitaliste raciste où seul « une poignée de békés dirigent toutes les entreprises » et des repressions antisyndicales nombreuses « depuis 2009 et les grandes grèves du LKP (Liyannaj kont pwofitasyon), plus de 100 syndicalistes, de l’UGTG majoritairement, sont en procès au pénal ». En effet « comme on est dans une colonie qui ne dit plus son nom, certains se croient tout permis… » dénonce le CIRC.

L’UGTG appelle l’opinion ouvrière et démocratique à poursuivre la mobilisation pour obtenir gain de cause. Le CICR, pour sa part, maintient sa détermination à ce que les poursuites contre Elie Domota soient abandonnées et que cessent enfin toutes les provocations et intimidations contre le mouvement syndical guadeloupéen. Des journées de mobilisation sont d’ors et déjà prévues pour lutter contre la criminalisation de l’action syndicale aux côtés des syndicalistes réprimés mais aussi pour maintenir la mobilisation et d’amplifier les luttes visant à défendre toutes les libertés et tous les droits des guadeloupéens.

Coup pour coup 31 tient à réitérer son soutien aux luttes diverses des peuples de Guadeloupe et à condamner fermement toutes les répressions de ces luttes !

Solidarité avec les camarades Guadeloupéens !

A bas le colonialisme!