Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

En 2017, intensifions la campagne pour libérer Georges Abdallah !

Des dizaines de militantes et militants se sont rassemblés à Paris le samedi 18 mars pour une assemblée générale des comités de soutien à Georges Abdallah et un meeting en faveur de sa libération. L'événement, organisé par la Campagne unitaire pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, a marqué la Journée Internationale des Prisonniers Révolutionnaires.

Étaient présents la Campagne Unitaire pour la Libération de Georges Abdallah (comprenant différentes organisations), le Réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, la Campagne pour la libération d'Ahmad Sa'adat, Coup Pour Coup 31, CAPJPO -EuroPalestine, le Comité de Soutien à la résistance palestinienne 59-62, le groupe Bagnolet en solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah, le Comité d'action de Hambourg pour la Palestine, le collectif Lannemezan en solidarité avec Georges Abdallah, le FUIQP et un certain nombre d'autres, y compris des groupes de solidarité avec les prisonniers politiques en Italie, en Tunisie et au Maroc et pour soutenir les prisonniers turcs et kurdes en Turquie.

Les participants ont discuté des plans d'actions pour la prochaine année de lutte pour libérer Georges Abdallah, y compris des campagnes, des actions et des efforts internationaux pour attirer l'attention sur ce résistant emprisonné. Nous avons planifié des manifestations collectives ainsi que des actions dans les quartiers populaires et dans les villes de toute la France et des actions dans le cadre du mouvement de solidarité avec le peuple palestinien, y compris la participation à la manifestation BDS du 1er avril à Paris et les actions du 17 avril pour la Journée des Prisonniers palestiniens.

Les participants ont également noté l'importance de travailler avec les luttes en cours en France, notamment celles contre les violences policières, la répression et le racisme. Sur sollicitation de notre collectif Coup pour Coup 31, Georges Abdallah a récemment écrit une lettre à Bagui Traoré, le frère d'Adama Traoré, tué par la gendarmerie française en juillet 2016, exprimant sa solidarité. Il a dénoncé le harcèlement continu que subit la famille Traoré.

 

En 2017, intensifions la campagne pour libérer Georges Abdallah !

Lors du meeting du soir qui a conclu la réunion, une salle comble à la Librairie Résistances a salué Georges Abdallah. Plusieurs intervenants des comités travaillant à la libération de Georges Abdallah ont pris la parole lors de l'événement, qui a également inclus plusieurs vidéos sur l'histoire d'Abdallah, dont celle produite par le Secours Rouge de Belgique.

Une membre du Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah (CLGIA) a lu une déclaration d'Abdallah, émise de la prison de Lannemezan pour l'occasion. «Camarades, la Palestine, ces jours-ci, compte au quotidien son quota de jeunes martyrs. La Résistance continue, et certainement elle continuera aussi longtemps que l’occupation durera. Tout naturellement les masses populaires palestiniennes peuvent compter plus que jamais sur votre solidarité active.», a déclaré Georges Abdallah.

Dans cette déclaration, il a souligné le cas des enfants palestiniens prisonniers, notant que « j’aimerais attirer l’attention sur le nombre croissant des mineurs palestiniens qui s’impliquent de plus en plus dans la lutte des masses populaires et qui subissent de plein fouet la répression de la soldatesque sioniste et des magistrats qui leur infligent les condamnations les plus lourdes. Quand on a à peine 14 ou 15 ans et qu’on vient d’être condamné à 10 ou 15 ans, on a certainement le plus besoin de la solidarité internationale et certainement vous saurez tous vous acquitter de cette tâche. Un petit mot de temps en temps à chaque «lionceau» et à chaque «fleur» permet de faire comprendre aux geôliers sionistes que ces mineurs ne sont pas seuls. »

En 2017, intensifions la campagne pour libérer Georges Abdallah !

Charlotte Kates, coordinatrice internationale du Réseau de Solidarité avec les Prisonniers Palestiniens Samidoun, a parlé de la lutte pour libérer les prisonniers palestiniens et de l'importance de la campagne pour libérer Georges Abdallah dans le cadre de cette campagne. Elle a souligné plusieurs raisons pour lesquelles la solidarité avec les prisonniers politiques est particulièrement importante pour les mouvements de solidarité avec la Palestine. En effet, les prisonniers palestiniens représentent la résistance palestinienne et la direction nationale emprisonnée du mouvement de libération.

Elle a également noté que l'unité palestinienne au sein des prisons est forte et basée sur la confrontation quotidienne avec l'occupation, mettant en évidence les raids en cours, les transferts et l'utilisation de l'isolement des prisonniers. En outre, elle a noté que Georges Abdallah lui-même fait partie de tout cela: un symbole de résistance, un dirigeant que l'on prive aux Palestiniens, aux Arabes et aux luttes internationales en raison de son emprisonnement. Il demeure néanmoins une force unificatrice pour les forces de gauche et progressistes en France, au Liban et ailleurs.

Charlotte Kates a également noté que la lutte pour libérer les prisonniers politiques palestiniens est une affaire internationaliste, qui est liée aux luttes des prisonniers politiques dans les prisons impérialistes ou celles des régimes réactionnaires. Elle a également souligné l'importance de la lutte contre le racisme, la répression et la violence policière, notant que les forces de police et les États impérialistes, y compris les États européens, les États-Unis et Israël, étaient unis pour partager la formation, les technologies et l'information. Il est donc primordial d'unir nos forces pour la victoire de toutes les luttes populaires contre l'injustice, l'impérialisme, le sionisme, le racisme, le capitalisme et le colonialisme.

En 2017, intensifions la campagne pour libérer Georges Abdallah !

Khaled Barakat, coordinateur international de la campagne pour libérer Ahmad Sa'adat, a commencé son discours en saluant le jeune leader palestinien et activiste Basile Al-Araj, abattu par les forces d'occupation israéliennes alors qu'il résistait le 6 mars. Avec une image d'al-Araj projetée derrière lui, Barakat a noté qu'al-Araj et Abdallah étaient profondément engagés aux principes révolutionnaires, payant un cher tribut pour leur engagement.

Il a placé le cas de Georges Ibrahim Abdallah dans son contexte historique, en particulier en l'année 2017. Il a noté que cette année marque 100 ans de la colonisation de la Palestine, mais aussi 100 ans de résistance palestinienne et 100 ans de la révolution russe victorieuse. En outre, il a noté que 2017 est l'anniversaire de 70 ans de la Nakba, des 50 ans de l'occupation de la Cisjordanie, de Jérusalem, de la bande de Gaza et des hauteurs du Golan et des 50 ans de la fondation de l'organisation révolutionnaire de gauche, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP). En cette année d'importants anniversaires - tous liés à la vie de combat de Georges Abdallah - il a exhorté les participants à intensifier la lutte pour la libération d'Abdallah, en disant que 2017 devrait devenir l'année de libération pour Abdallah.

Il a souligné que l'État français a la responsabilité première de l'emprisonnement d'Abdallah, avec l'assistance et la participation des États-Unis et d'Israël. Cependant, il a noté que le gouvernement libanais ne respecte pas ses responsabilités pour défendre son citoyen et exiger sa libération. Il a noté l'attitude honteuse des personnalités politiques et dirigeants libanais accueillant la dirigeante du Front National, Marine Le Pen, tout en restant muet sur l'emprisonnement de Georges Abdallah et repoussant les manifestants loin de l'ambassade de France à Beyrouth. Ainsi, a souligné Barakat, l'Etat libanais reste complice par son inaction et son assentiment de l'emprisonnement continu de Georges Abdallah. Il a exhorté à intensifier la pression sur le gouvernement libanais, par des protestations, des actions politiques et des délégations au Liban pour intensifier la campagne pour libérer Abdallah.

Barakat a noté qu'Abdallah est une partie intégrante de la gauche radicale et révolutionnaire et que toutes les forces doivent travailler à l'unité et au renouveau des mouvements de la gauche, en particulier pour le 100e anniversaire de la révolution d'Octobre. "Tout oppresseur perd la bataille de l'emprisonnement quand il ne peut plus confisquer la voix du prisonnier, parce que sa voix est la voix des rues, la voix du peuple", a déclaré Barakat.

Il a également affirmé que "le camarade Georges Abballah est un exemple dans le combat anti-sioniste et anti-imperialiste, c'est un exemple pour le FPLP et nous sommes très fiers de lui."

En 2017, intensifions la campagne pour libérer Georges Abdallah !

L'événement de Paris a coïncidé avec d'autres événements internationaux pour la Journée des prisonniers politiques révolutionnaires qui commémore la fondation du Secours Rouge Internationale par l'Internationale Communiste en 1923 ainsi que l'anniversaire de la Commune de Paris du 18 mars 1871. En Turquie, des activistes se sont réunis pour soutenir les prisonniers politiques turcs et kurdes dans les prisons turques, tout en saluant Georges Abdallah, Ahmad Sa'adat, Rasmea Odeh et d'autres combattants pour la justice. À Bruxelles, le Secours Rouge a organisé un événement mettant en avant des prisonniers révolutionnaires d'Europe, de Palestine, de Turquie, du Pérou, des Philippines et des États-Unis, y compris des messages d'Abdallah et des prisonniers politiques palestiniens. À Berlin, en Allemagne, des militants du Comité pour une Palestine Démocratique se sont joints à la manifestation organisée par Jugendwiderstand, portant des affiches exigeant la liberté d'Abdallah, Sa'adat et d'autres prisonniers politiques.

Le 19 mars, à la Marche pour la Justice et la Dignité, contre le racisme, la répression et la violence policière, s'est réunie à Paris. Les comités participants ont défilé dans la grande manifestation réunissant plusieurs milliers de personnes.

 

Sources : Samidoun, Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, Secours Rouge de Belgique.

En 2017, intensifions la campagne pour libérer Georges Abdallah !