Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Le 9 décembre 1981, Mumia Abu-Jamal, membre de Black Panter Party est arrêté et accusé du meurtre d’un policier. Malgré ses dénégations et son absence d’antécédents judiciaires, une enquête inéquitable conclut à la culpabilité de cet opposant politique gênant …

En 2015, des medecins lui ont dignostiqués une hépatite C active. L’autorité pénitentiaire refuse de le soigner et le médicament coûte 100.000$ aux USA. Mumia avait déposé une requète en aout 2015, aujourd'hui un jugement ambigu et contradictoire niant le droit fondamental de toutes personnes à se soigner. 

Le juge à considérer que la prison avait bien violé la constitution des Etats-Unis en refusant les soins à Mumia mais il regette contradictoirement la requête de la défense de Mumia pour l'accès au traitement contre l'hépatite dont il souffre. 

Selon le juge, la commission de l’hépatite C de l’administration pénitentiaire de Pennsylvanie avait seule le pouvoir de lui donner accès ou non au traitement de la maladie. Néanmoins, il constate que la prison, en refusant de le soigner, a violé ses droits civiques garantis par le 8ème amendement de la Constitution des Etats-Unis qui interdit tout traitement cruel et inhumain.

Cette décision de justice et cette volonté de l'administration pénitentiaire à ne pas soigner Mumia Abu- Jamal est la continuité de l'acharnement judiciaire à son encontre.

Plus que jamais, réclamons sa libération, ainsi que celle des anciens militants du Black Panthers Party. 

 

Pouvoir au Peuple! 

Un jugement absurde pour Mumia Abu- Jamal