Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Khaled Barakat : Vers une nouvelle Intifada?

Voici une retranscription du meeting tenu à Copenhague le dimanche 18 octobre 2015, en présence de Khaled Barakat. Dirigeant du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), Khaled Barakat est le coordinateur international de la campagne pour la libération d'Ahmad Saadat (secrétaire général du FPLP). Il est revenu sur la situation actuelle en Palestine, sur les accords d'Oslo, sur la place du boycott et des militants juifs anti-sionistes dans la lutte de libération de la Palestine ainsi que sur l'état de la gauche palestinienne.


Une troisième intifade est-elle en cours ?

Khaled Barakat estime qu'il est difficile d'évaluer si une troisième intifada dans le vrai sens du terme est en cours. Il a noté que ce sont surtout les jeunes à Jérusalem, en Cisjordanie et à l'intérieur de la Palestine de 1948 (Israël) qui se battent contre les occupants. Israël tente de faire de cette recrudescence une question religieuse, tout comme ils ont essayé lors de la première et de la deuxième Intifada, mais il n'y a pas de substance à cette tentative; la grande partie des jeunes révolté ne sont pas motivés par une question religieuse ! Les tensions politiques s'accroissent depuis que les colons israéliens ont brûlé vif le jeune adolescent palestinien, Mohammed Abu Khdeir, en Juillet 2014. Ceci est une révolte contre la brutalité israélienne, contre l'occupation, contre les démolitions de maisons, contre les massacres à Gaza, etc. La révolte est particulièrement forte dans les domaines qui sont en dehors de «l'administration» de l'Autorité palestinienne (AP). L'Autorité palestinienne, dirigée par Mahmoud Abbas, cherche à calmer et à faire taire la rébellion.

La première Intifada de 1987 a été une large poussée populaire, une intifada qui a impliqué tous les secteurs de la société palestinienne: les femmes et les hommes, jeunes et vieux, les mouvements de masse des étudiants, des enseignants, des travailleurs, des paysans et ainsi de suite. Il y avait une direction, et l'ensemble de l'Intifada a été organisée, tant par les circulaires hebdomadaires et les tracts trouvés en face de sa porte la nuit, qui  informaient les Palestiniens sur le programme des jours de grève des prochains jours, des jours de manifestations, des jours d'ouverture d'écoles, etc. L'Intifada a menacé le contrôle d'Israël sur ces zones, et c'est la raison des accords d'Oslo. le but du processus d'Oslo était d'arrêter l'Intifada, et il a réussi à le faire.

La rébellion actuelle ne comprend pas encore de nombreux secteurs de la société palestinienne - par exemple, pas de mobilisation de masse des mouvements de travailleurs, des organisations de masse des femmes, etc; il n'y a pas une direction claire ou un objectif commun. Mais toutes ces choses peuvent certainement émerger (et ce n'étaient pas nécessairement évident dans les premiers jours de la première Intifada.)


Accord d'Oslo: un désastre pour les Palestiniens

Vingt ans après le processus qui a conduit à la signature de l'accord d'Oslo en 1993, nous pouvons voir que le peuple palestinien n'a rien gagné à travers ce soi-disant processus de paix. Au contraire, nous avons tout perdu, dit Barakat. Avec les accords d'Oslo, l'OLP a perdu son statut unanime de seul représentant légitime du peuple palestinien. La cause palestinienne et le peuple palestiniens ont été divisés: d'une part ceux de la Cisjordanie et de Gaza se concentrant sur l'Autorité Palestinienne et les accords d'Oslo, d'autre part les Palestiniens en Israël (Palestine de 48) et les Palestiniens de la diaspora et de l'exil. Ces derniers représentent 65% de la population palestinienne, ils ont été, à travers le processus d'Oslo, dépouillés de leur pouvoir politique et de leur influence. La revendication du droit au retour des réfugiés a été marginalisé et oublié.

Depuis les accords d'Oslo, Israël a intensifié la guerre contre les Palestiniens. Ils utilisent maintenant des gaz lacrymogènes mortels en quantité massive, des chars et des armes lourdes. Avant Oslo, on ne voyait pas de chars dans les rues comme cela se passe aujourd'hui. Le projet d'Oslo "d'auto-gouvernement" est basé sur un engagement de l'Autorité palestinienne à coopérer avec l'occupation dans la sécurité et le travail du renseignement - et cette sécurité est financée et formée par les États-Unis. Pendant ce temps, le reste de la Cisjordanie est directement sous le contrôle militaire d'Israël.

Quel est le choix des Palestiniens aujourd'hui : l'apartheid, aucun droit de retour, pas d'auto-détermination. Il ne sert à rien de continuer à un «processus de paix» qui a seulement produit de telles conditions.

C'est seulement par la lutte du peuple palestinien que la situation peut changer. De génération en génération, nous nous sommes battus, et grace à de cette persévérance et à cette détermination, nous pouvons continuer. La lutte à des hauts et des bas, mais elle continue.

Israël est un état colonial raciste qui doit être dissous et démonté en tant que projet, en tant qu'Etat. Nous ne pouvons pas "coexister" avec un régime d'apartheid. Nous pouvons exister que dans des conditions où nous sommes vraiment égaux.

En 1948, les Palestiniens ont non seulement lutter contre le sionisme, mais aussi contre des puissances impérialistes et contre les régimes arabes réactionnaires, alliés du sionisme.

Le peuple palestinien fait partie du mouvement anti-impérialiste dans le monde entier. Nous ne luttons pas seulement pour la libération de la Palestine, mais nous avons lutté avec le peuple d'Afrique du Sud contre le régime d'apartheid, nous avons lutté avec les combattants de la résistance irlandaise, nous avons lutté avec le mouvement de libération noire aux États-Unis, et ainsi de suite.


La jeune génération qui se rebellent, est né en majorité après Oslo. Ils ont subi les conséquences d'Oslo et la fragmentation de la route d'Oslo. Ils exigent le droit au retour et le droit à l'autodétermination.

Israël finira par devenir un fardeau pour l'impérialisme, tout comme nous avons vu d'autres projets coloniaux et d'autres régimes devenir un fardeau pour l'impérialisme.

Israël n'a jamais fait volontairement des "concessions", celles-ci ont été obtenue que par la pression. Lorsque les prisonniers dans les prisons ont obtenu des améliorations de leurs conditions, c'est toujours avec des grèves de la faim. L'échange et la libération des prisonniers a toujours été obtenus grâce à la capture par la résistance de soldats israéliens. Cela vaut autant pour la lutte quotidienne que pour la lutte à long terme pour la libération.

Le droit au retour

Ici, en Occident, les gens sont prompts à nous concéder une partie de notre pays. Je dois accepter les 20% que vous nous offrez et on me dit qu'il y aura la paix. Mais nous disons non: nous allons libérer toute la Palestine. Nous ne laisserons pas diviser notre pays. Et nous n'oublierons pas les Palestiniens en exil, la majorité du peuple palestinien. Nous maintenons la revendication du droit au retour. Sans la mise en œuvre du droit au retour, il n'y aura pas de paix. Sans la pleine égalité, il n'y aura pas de paix.

Les réfugiés dans les camps au Liban, en Syrie et en Jordanie, n'oubliront jamais la Palestine. Dans les camps, vous pouvez aller voir la Palestine, en à peine une demi heure de route. Et pourtant, ils ne peuvent pas voyager en Palestine, ne peut pas revenir. Ils peuvent voir les villes  d'où ils ont été expulsés en 1948 ou 1967. Le retour des réfugiés palestiniens est l'exigence de base de la lutte de libération.

Boycott d'Israël : Un important soutien - pas un substitut - pour la lutte palestinienne

Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine soutient le mouvement international de boycott d'Israël. Ceci, non seulement dans le cadre de BDS, mais aussi dans le cadre de nombreuses initiatives et de programmes différents de boycott qui travaillent ensemble dans toutes les directions pour isoler Israël, ce qui est d'une importance cruciale. Ce n'est pas juste "punir" Israël pour ses violations des droits de l'homme, mais c'est aussi isoler un État colonial. C'est sa nature d'Etat colonial
, et ainsi Israël continuera à violenter et à opprimer,  jusqu'au jour où la colonisation cessera. Nos boycotts créent un coût important pour Israël. Et il est important que l'occupation soit coûteuse, très coûteuse, pour Israël.

Mais pour toute son importance, le boycott international ne peut pas remplacer le mouvement de libération nationale palestinien, la lutte palestinienne pour la libération de leur pays. Le boycott est une tactique qui soutient les Palestiniens dans leur lutte. C'est un important héritage de lutte. Du boycott du régime d'apartheid d'Afrique du Sud, aux mouvements de boycott noirs aux États-Unis, en passant pa le boycott du peuple indien et ainsi de suite. Nous devons soutenir tous les mouvements qui boycottent Israël, mais il est également important de poursuivre nos efforts pour soutenir la Palestine dans tous les domaines, comme le soutien à la lutte des prisonniers politiques, le soutien à la résistance, etc. L'appel BDS est une bonne et importante initiative, mais il est toujours important d'être critique et de présenter nos points de vue pour faire avancer la libération de la Palestine.

Beaucoup de soi-disant partisans de la liberté sont réticents à soutenir la campagne de boycott d'Israël à tous les niveaux, le boycott économique, culturel et universitaire. Cela vaut pour d'éminents intellectuels comme Noam Chomsky, les partis politiques de gauche tels que Die Linke en Allemagne, et aussi beaucoup du soi-disant mouvement de la paix israélien.


"Je serais ravi d'avoir un leader juif de la lutte de libération"

Le Parti Communiste de Palestine, avant 1948, avait un slogan appelant pour les travailleurs palestiniens et juifs à "s'unir et à lutter pour le socialisme." Notre expérience nous dit aujourd'hui que la coopération avec les organisations juives progressistes devrait être fondée sur des termes très clairs. La terre de Palestine appartient au peuple palestinien, et Israël est un Etat colonial. Ceci est la base sur laquelle nous devons accepter de coopérer. Si ces forces ne reconnaissent pas que les Palestiniens ont payé et continue de payer le prix de la libération, il sera difficile de coopérer. Nous voyons quelques bons exemples en Amérique du Nord et quelques autres lieux de la coopération entre les organisations juives de gauche et le mouvement de libération de la Palestine - par exemple, par l'intermédiaire de l'IJAN  (International Jewish Antizionist Network - Réseau Juif International Antisioniste).


Si ces organisations sont en faveur d'un Etat juif, ils ne sont pas progressstes; l'objectif sioniste de l'Etat juif est un état d'esprit raciste. Nous disons à la population juive en Palestine: Venez vous joindre à la résistance palestinienne. Inscrivez-vous dans la libération de notre pays de l'occupation sioniste et de l'apartheid. Mais vous devez également être prêt à aller en prison, et à payer le prix que les Palestiniens ont payé. Sinon, il n'y a pas de partenariat et de lutte commune. J'aimerais avoir un leader juif de la lutte de libération de la Palestine; en Afrique du Sud, il y avait des dirigeants blancs dans la lutte contre l'apartheid, qui est restée fondamentalement une lutte de libération noire.

Nous constatons également une tendance, en Palestine, des Juifs antisionistes qui ont grandi en Israël à quitter le pays parce qu'ils ne peuvent pas supporter de vivre en tant que colons et font face à la censure de leur travail et de leur activité; l'historien Ilan Pappe est un exemple, il enseigne actuellement à l'Université d'Exeter en Angleterre.

FPLP et palestinienne gauche doit être plus visible

Un participant a demandé pourquoi le FPLP n'est pas aussi visible comme il l'a été dans le passé. Khaled Barakat a répondu que cela s'est produit pour des raisons subjectives et objectives. À bien des égards, le FPLP est sous un état de siège. A chaque fois que le FPLP prend une position contre l'Autorité palestinienne, la direction de l'AP qui a également monopolisé la direction de l'OLP et de ses finances, coupe le financement du FPLP. Les médias, en général, sont dirigés par des Etats et des sociétés qui n'ont pas intérêt à faire connaître le FPLP et de ceux qui ont une vision de gauche pour la libération palestinienne. Ils préfèrent parler d'une mythologie "Israël contre le Hamas" et systématiquement exclure la gauche révolutionnaire palestinienne.

Mais, si nous sommes assez forts, les médias ne peuvent pas nous ignorer. Cela est évident avec la révolte à Jérusalem et en Cisjordanie. Le peuple palestinien a été «oublié» pendant les révoltes arabes dans les médias, la Palestine et le peuple palestinien sont de retour sur le devant de la scène, parce qu'il l'ont eux même forcé, à travers la lutte.

Nous sommes dans une phase de libération nationale, et ici, il est important de réunir toutes les forces de libération et pas uniquement la gauche. Cela vaut également pour les mouvements islamiques,  le Jihad Islamique et le Hamas. Nous avons longtemps travaillé pour une OLP inclusive et démocratique qui inclut le Hamas et le Jihad, mais nous avons été bloqués à plusieurs reprises.

Quand le FPLP a récemment rejeté la convocation du Conseil National Palestinien pour de nombreuses raisons, y compris un ferme rejet de la tenue d'un tel congrès sous occupation en Cisjordanie, le Conseil n'a pas été convoqué parce que le Front a refusé. Sans le Front, il pourrait y avoir aucune convocation du Conseil National Palestinien.

Source : Campagne pour la Libération d'Ahmad Saadat - Traduction : Coup Pour Coup 31.