Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Robert Abdallah, frère de Georges Abdallah, envoie un message de solidarité depuis Beyrouth, à la campagne pour la libération de Georges Abdallah en France. Nous retranscrivons son message ci-dessous.

 

Nous, la Campagne Internationale pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah et les membres de sa famille, étions honorés d’avoir rencontré une délégation du collectif anti-impérialiste Coup pour Coup Toulouse 31 qui, lors de sa visite au Liban au cours du mois d’août, a pris contact avec des membres des partis politiques libanais ainsi que palestiniens.

 

Nous saluons chaleureusement leur initiative dans l’unification des efforts pour faire face aux puissances impérialistes, en particulier dans les camps de réfugiés palestiniens qui représentent un témoignage flagrant de l’agressivité de l’entité sioniste et de ses alliés, les puissances impérialistes.

 

Nous avons souligné, lors de cette rencontre au siège du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, que la bataille menée par les peuples palestinien et libanais et le reste des peuples arabes est la même. En plus, nous avons insisté sur le fait que l'émergence des forces révolutionnaires dans l'Occident capitaliste reflète une crise du capitalisme mondial qui n’est autre que la chute de son statut comme étant le meneur de la communauté internationale, ce capitalisme responsable des crises périodiques que subissent les peuples du monde entier.

 

Nous avons aussi constaté que les guerres civiles qui font rage dans le monde arabe, et la plupart des pays du tiers monde, ne sont qu’une forme d'exportation de crise structurelle subie par le capitalisme au sein des pays, notamment aux États-Unis. Ainsi, voyons-nous les impérialistes américains et leurs alliés s’aligner avec les régimes dictatoriaux, et interférer dans les soulèvements arabes dans le but de les dévier de leurs objectifs ; pour arriver à cette fin, ils ont d’un côté et dans certaines régions, soutenu les forces fondamentalistes en les finançant avec des fonds et des armes et d’un autre, en prétendant de les combattre ailleurs. Cette confusion est une expression du fait que le projet impérialiste ne peut subsister que s’il provoque des guerres, de sorte que les pays du tiers monde constituent un terrain d'essai pour leurs armes, et le marché de vente des stocks d'armes, ainsi que la destruction des infrastructures économique et industrielle jusqu’à rendre ces communautés des marchés consacrées uniquement à la consommation.

 

Nous assurons qu’elle est la même, cette lutte pour la libération du prisonnier politique Georges Abdallah, également pour Ahmed Saadat et pour d'autres militants dans les prisons sionistes.

 

L’acharnement de la France contre Georges Abdallah pendant plus de trois décennies se poursuit et ce n’est qu’une expression de l’agression des autorités françaises et de leur partenariat avec d'autres puissances impérialistes contre la liberté des peuples en matière de droits à la vie, à la liberté et à la dignité.

 

Faire face à l’impérialisme et au sionisme se réalise par l’union des forces actives dans les sociétés oppressées telles que la société libanaise, des puissances nationales palestiniennes, des libéraux dans les communautés arabes, ainsi que les militants libres du monde entier.

 

Les initiatives de solidarité qui fleurissent au Liban, en Palestine, en Tunisie, au Maroc, en Amérique latine, en France, en Belgique et ailleurs ne sont pas seulement pour la libération de Georges Abdallah, mais pour le soutenir dans l’affirmation de sa lutte face aux tentatives de l’impérialisme français qui cherche à briser sa volonté en tant qu’un symbole internationaliste de la lutte.

La visite des militants du collectif Coup pour Coup est une expression importante de lutte pour unir tous les efforts qui expriment la solidarité avec Georges Abdallah, avec Ahmad Sadaat, avec tous les prisonniers et avec tous les militants afin de résister à l'agression impérialiste contre les peuples du monde.

Ensemble, nous vaincrons et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons.

 

Robert Abdallah, Beyrouth, septembre 2015.