Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Le Mouvement Palestine Pour Tous (MOPT, Movimento Palestina Para Todos) de Sao Paulo (Brésil), a organisé un séminaire politique au siège central du syndicat des travailleurs postaux, se concentrant sur la lutte des prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes et des développements politiques actuels dans la Palestine occupée et dans la région, ainsi que sur les luttes des prisonniers au Brésil.

Le camarade Khaled Barakat, coordinateur de la Campagne pour Libération d'Ahmad Sa’adat, a parlé lors de cet événement, apportant une vue d'ensemble des développements des politiques actuels dans la région, notant que « la résistance palestinienne et arabe est la seule force dans la région capable de défaire l'état raciste colonial en Palestine occupée. »

« Nous sommes à un moment historique, cent ans de lutte armée palestinienne. » a dit Barakat. « Les Palestiniens ont fait face au colonialisme et à l’occupation depuis 1917, à travers une expérience historique collective qui leur a permis de protéger leur cause contre toutes les tentatives entreprises pour les dissoudre ou les disperser. »

Parlant des positions politiques nécessaires pour libérer la Palestine, Barakat a noté que « la position du Front Populaire pour la Libération de la Palestine était, et reste, de démanteler l'entité sioniste en Palestine. Le Front rejette la prétendue « solution à deux états » et la considère comme une trahison majeure envers les Palestiniens et à leur droit au retour dans leurs maisons dont ils ont été expulsés par la force. Il appelle à l'établissement d'un état démocratique de Palestine sur la terre entière de la Palestine et l'exercice du droit des Palestiniens à l'autodétermination dans l'entièreté de leur patrie. »

Barakat a rejeté la légitimité de l’occupation israélienne où que ce soit sur la terre de la Palestine, disant que toute reconnaissance du prétendue « droit à exister » d’Israël mine le peuple palestinien. « Ceux qui reconnaissent et défendent le « droit à exister » d'Israël sur la terre palestinienne volée ne peuvent pas être de vrais amis ni faire partie du véritable mouvement de solidarité avec le peuple palestinien. Nous devons maintenir brûlante la flamme de la lutte dans la confrontation avec Israël et ses défenseurs à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine, sous la direction des Palestiniens et de leur résistance, et avec l'appui de la nation arabe, des populations de la région, et les forces et les peuples progressistes du monde. C'est la seule option véritablement réaliste et révolutionnaire pour changer l'équilibre des forces localement et internationalement et pour changer l'équation dans la région au bénéfice du peuple palestinien et de sa juste lutte pour la libération, » a affirmé Barakat.

Il a critiqué les actions du gouvernement brésilien, qui exprime un soutien verbal du peuple palestinien tout en s'engageant dans des millions de dollars d'accords économiques et d’affaires avec Israël, particulièrement dans le domaine de la coopération militaire et des achats d’armes. Barakat a souligné la nécessité d'augmenter le rôle des syndicats et des partis politiques dans la campagne de boycott pour couper les relations avec Israël, notant positivement les actions de la Bolivie et du Venezuela coupant leurs rapports avec l'état sioniste comme étant de véritables modèles de l'amitié avec le peuple palestinien.

Barakat a souligné la légitimité de la lutte armée palestinienne en dépit de l’étiquetage de la résistance palestinienne comme étant « du terrorisme, de l’extrémisme ou la violence, » disant que « ces labels ne nous concernent pas et que ces descriptions n’ont aucun poids. La réalité confirme l'exactitude du chemin de la lutte armée, et la résistance palestinienne continuera à développer sa force. Ceci est confirmé par l'expérience des 20 dernières années, au cours desquelles en dépit des accords d'Oslo, la résistance palestinienne a une capacité des dizaines de fois plus forte qu'elle en a eu dans le passé. »

Charlotte Kates, avocate et militante active pour les droits de l'homme et coordonnatrice du Réseau de Solidarité avec les Prisonnier Palestiniens Samidoun, a également parlé à l'événement, détaillant les épreuves des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes et de la répression continue dirigée contre les prisonniers dans les années récentes. Elle a parlé du système de l'incarcération de masse utilisé pour opprimer le peuple palestinien, et elle a décrit les cours militaires qui jugent les Palestiniens comme une parodie de justice, qui condamne plus de 99.5% des Palestiniens qui comparaissent devant ces tribunaux.

Elle a critiqué le système de la détention administrative et l'emprisonnement des Palestiniens sans accusation ni procès, parfois pendant de longues années sans raison ni preuve.

En outre, elle a expliqué le cas du dirigeant emprisonné du FPLP, Ahmad Sa’adat et de ses camarades, et l’implication des forces réactionnaires multiples : Israël, les USA, la Grande-Bretagne et la collusion de l'Autorité Palestinienne et de ses services de sécurité . De plus, elle a discuté des cas de l'étudiante palestinienne emprisonnée Lina Khattab et de la jeune fille de 14 ans emprisonnée Maamak al-Khatib.

Enfin, le Mouvement des Travailleurs Sans Terre (MST) a organisé des réunions entre les partis politiques et les mouvements populaires brésiliens et la Campagne pour Libérer Ahmad Sa’adat, où a été décidé d'organiser une série d'événements communs en 2015, renforçant le mouvement pour la défense des prisonniers palestiniens et pour faire pression sur le gouvernement brésilien pour le boycott de l'état sioniste et pour mettre fin à sa coopération avec l’occupation.

Source : FPLP - Traduction : A.C.

 

Ceux qui reconnaissent la « légitimité » d'Israël ne sont pas des amis du peuple palestinien
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :