Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine rejette sans équivoque l’ainsi dite « Initative française » parrainée aux Nations Unies par le régime jordanien comme étant une menace dangereuse au droit de retour des réfugiés palestiniens, qui mine les droits palestiniens aux Nations Unies sous l'apparence du soutien à «l’état palestinien, » a dit un porte-parole du Front.

Le projet de résolution présenté au Conseil de sécurité de l'ONU ne fournit aucun mécanisme de mise en application ni pénalité à la puissance occupante pour sa violation flagrante continue du droit international, occupation, imposition de la ségrégation et déni des droits fondamentaux des réfugiés palestiniens pendant les 66 dernières années. Au contraire, à la différence des résolutions que le Conseil de sécurité a adoptées avec tellement d’ardeur contre l'Irak, la Syrie, le Soudan et d'autres pays, il ne contient pas de conditions, mandats ou pénalités d’aucune sorte mais présente à laplace une vue fausse du « conflit »  qui serait un conflit entre des parties égales avec des droits et des intérêts légitimes .

En aucune manière cette résolution ne mandate la création d'un état palestinien dans les 12 mois ; elle simplement « affirme le besoin pressant » de « parvenir pas plus tard que 12 mois…à  une solution pacifique complète durable juste qui mette fin à l’occupation  israélienne  depuis 1967 et réalise la vision de deux états indépendants, démocratiques et prospères, Israël et un Etat de Palestine souverain, contigu et viable  vivant côte à côte dans la paix et la sécurité à l’intérieur de frontières mutuellement et internationalement reconnues. »

Dans le contexte des Nations Unies, ceci réitère simplement la politique existante de l'ONU exigeant la fin de l’occupation israélienne en violation des résolutions de l'ONU et du droit international. « Affirmer un besoin pressant » ne crée aucune condition ou mandat de mise en application de ce désir, ni n’impose aucune pénalités à l'état israélien pour refus d’arrêter son occupation.

La partie la plus préjudiciable et la plus dangereuse de la résolution, cependant, réside dans sa définition « de la solution négociée, » où elle reconnait les principes de «échanges de terres mutuellement convenus, limitée et équivalents ;  » La terre palestinienne est entièrement occupée. Elle n’a pas à être échangée avec l'occupant pour légitimer ses colonies sur notre terre ou pour lui permettre de transférer des Palestiniens de la Palestine occupée en 1948 vers le prétendu état palestinien.

En second lieu, et d'une manière plus importante, le projet de résolution cherche à remplacer la pierre angulaire des résolutions de l'ONU sur l’inaliénable droit au retour des réfugiés palestiniens, qu’on leur a dénié pendant plus de 66 années, Résolution 194, par « une solution juste et convenue à la question de réfugié de la Palestine sur la base de l'Initiative de Paix Arabe, du droit international et des résolutions appropriées des Nations Unies, y compris la résolution 194 (III). » Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine a toujours rejeté la soi-disant Initiative de Paix Arabe et toutes les initiatives semblables, car elles cherchent à remplacer le droit individuel, national et collectif du retour des réfugiés palestiniens par « une solution négociée » qui met ce droit sur la table de négociation pour qu’il soit vendu ou négocié.

L'inclusion de cette clause dans le projet de résolution de l'ONU en fait une menace envers les droits palestiniens sous l'apparence du soutien au «  statut d’état palestinien, » et une attaque dommageable et une tentative préjudiciable de liquider le droit indéniable des réfugiés palestiniens de retourner à leurs maisons et terres originales, la pierre angulaire de la cause palestinienne et la clef de la libération et de l'autodétermination de nos populations. Les réfugiés palestiniens sont en fait la majorité du peuple  palestinien - et leurs droits et ceux de tous les autres Palestiniens sont seulement mis en danger par cette résolution.

La résolution ne reconnait pas Jérusalem comme occupé, mais note seulement qu’elle doit être « la capitale partagée de deux états. » Elle prend le plus long paragraphe dans cette section pour des « arrangements de sécurité, » labellisant l'occupation armée « forces de  sécurité, » et considérant l’occupation et la colonisation de la Palestine comme une question concernant la sécurité plutôt que celle d’une lutte anti-coloniale contre un occupant colonisateur.

En outre, la résolution traîne loin derrière des résolutions existantes de l'ONU : elle n'exige pas la fin de la construction des implantations coloniales mais simplement « invite… les parties à s'abstenir. … des activités d’implantation. » Nulle part le projet de résolution ne mandate le démantèlement des colonies ; plutôt il favorise les « échanges de terre » et il laisse entièrement de côté la question des colons.

La résolution cherche aussi bien à exiger la normalisation arabe avec Israël et déclare que « l'accord statutaire final » ci-dessus mettra un « terme à toutes les réclamations » et mènera « à une reconnaissance mutuelle immédiate. » Par-dessus tout, il situe la lutte palestinienne dans un cadre des négociations, qui n'ont fait rien de plus en 20 ans que de fournir la couverture pour les crimes de l’occupation et le démantèlement des droits palestiniens.

L'état sioniste est construit sur la dépossession de la terre palestinienne et le déplacement des Palestiniens. C'est un état colonial, d’apartheid et , raciste. Il divise les peuples arabes pour les intérêts de l'impérialisme et c'est un projet qui n'a pas de place dans notre région. Nous ne reconnaissons pas un état raciste colonial ; sa structure raciste doit être démantelée. En aucune façon l'accomplissement de l'état palestinien sur une  seule partie de la Palestine n’est une « fin de toutes les réclamations. » Les Palestiniens ne concèdent pas leur plein droit de retour ; le droit de notre peuple palestinien à l’intérieur de 1948 à vivre librement, des vies auto-déterminées exemptes de racisme et de discrimination ; et le  droit de libérer la terre entière de la Palestine.

La lutte palestinienne est une lutte pour la libération de notre peuple et de notre terre d'un régime colonial brutal et génocide. C’est une lutte pour le retour des réfugiés palestiniens,  pour l'exercice de la souveraineté et de l'autodétermination des Palestiniens sur toute leur terre. Ce n'est pas un conflit entre des parties égales, c’est une lutte entre le colonisé et le colonisateur, entre l’opprimé et l'oppresseur. C'est le combat pour établir une Palestine démocratique pour tous sur la terre entière de la Palestine, libérée de l’occupant, du racisme et de l'oppression.

La « solution deux états » n'a pas été un mécanisme pour réaliser graduellement les droits palestiniens, ni même aucune vraie souveraineté palestinienne ; plutôt, les « initiatives de construction d’état »  considérées comme positives dans le projet de résolution ont soutenu l'investissement capitaliste et l'exploitation aux dépens des classes populaires palestiniennes, qui n'ont pas bénéficié d'un tel placement. Il n'y a pas de libération pour aucune partie de la Palestine ou son peuple qui  soit envisagée par cette résolution : seule la continuation de la série sans fin de négociations émiettant les droits palestiniens tandis que l'occupant continue à attaquer et détruire.

Centralement, ce projet de résolution est une tentative faite pour miner le droit de retour et enchâsser le processus de négociations en faillite dans une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, remplaçant le droit de retour par des « solutions négociées, » et les résolutions de l'ONU affirmant les droits palestiniens par des résolutions affirmant le chemin des négociations.

Le porte-parole du FPLP a appelé les communautés palestiniennes et arabes de France et les partisans et amis français de la Palestine à rejeter le rôle de l'état impérialiste français essayant de redéfinir et de miner la cause palestinienne. L'état français n'a aucune légitimité sur la question de la Palestine et n'a fourni aucun appui aux droits palestiniens. Plutôt, il a essayé de légitimer les attaques israéliennes constantes sur les Palestiniens tout en emprisonnant des combattants pour la Palestine telle que Georges Ibrahim Abdallah et en réprimant des manifestations de solidarité avec la Palestine à Paris.

Ce projet de résolution est largement rejeté par les forces politiques palestiniennes qui ont à plusieurs reprises précisé les menaces et les dangers qu’il contient. Il est soutenu seulement par quelques capitalistes palestiniens qui recherchent le profit et les personnages officiels de l’Autorité Palestinienne. Une fois encore, la décision politique palestinienne a été détournée par Abbas et ses copains au détriment du peuple palestinien.

Le fait que les Israéliens rejettent ce projet de résolution et que les Etats-Unis ont exprimé leur  « manque d'appui » signifie seulement que le sionisme et l'impérialisme dans la région ne sont pas disposés à concéder même quelques miettes au peuple palestinien. Tout comme le rejet de Netanyahu du processus d'Oslo,  le discours de flagrant racismes et génocide de l'état israélien ne fait pas du projet de résolution un pas en avant pour les droits et la libération des Palestiniens.

« Nous rejetons sans équivoque cette attaque sur des droits palestiniens sous l'apparence de « statut d’état palestinien »  et nous exhortons à son rejet par toutes les parties palestiniennes responsables en tant que peu représentatif et dangereux pour les droits et pour la cause du peuple palestinien pour lesquels tant de martyrs, de blessés et de prisonniers ont donné leurs vies, » a dit le porte-parole du FPLP.

Source : FPLP - Traduction : André Comte.

Le projet de résolution de l'ONU de « l'initiative française » menace les droits palestiniens (FPLP)