Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Les 16 et 17 septembre 1982 avaient lieux les massacres de Sabra et Chatila. Des milliers de Palestiniens furent tués par les fascistes libanais avec l’aide logistique des sionistes et la complaisance criminelle des impérialistes sur place, dont les forces françaises.

Ces massacres sont liés à l’invasion du Liban par l'armée sioniste israélienne débutée le 6 juin 1982.
Le mercredi 15 septembre, le lendemain de l'assassinat du chef de la milice phalangiste alliée des sionistes et président élu libanais, Bashir Gemayel, l'armée sioniste occupe Beyrouth-Ouest, encerclant et bouclant les camps de Sabra et Shatila, où vivaient des civils libanais et palestiniens.
L'armée sioniste a alors désarmé, dans la mesure où elle le pouvait, les milices anti-Israéliennes à Beyrouth-Ouest, et elle a laissé ses armes aux milices phalangistes chrétiennes de Beyrouth.
A midi le 15 septembre 1982, les camps de réfugiés étaient complètement encerclés par des tanks et des soldats sionistes, qui ont installé des points de contrôle aux endroits stratégiques et aux carrefours autour des camps afin d'en surveiller toutes les entrées et les sorties.
En fin d'après-midi et toute la soirée, les camps ont été bombardés.
Le jeudi 16 septembre 1982 vers midi, une unité d'environ 150 Phalangistes armés est entrée dans le premier camp.
Pendant les 40 heures suivantes, les membres de la milice phalangiste ont violé, tué et blessé un grand nombre de civils non armés, dont la plupart étaient des enfants, des femmes et des personnes âgées à l'intérieur des camps encerclés et bouclés. L'estimation des massacres portent sur 3.500 morts.

L'invasion du Liban et les massacres de Sabra et Chatila furent perpétrés avec la complicité générale des puissances occidentales. En réaction, des combattants libanais et arabes allèrent porter la guerre contre le sionisme et l’impérialisme dans le monde. Ce fut le cas des Fraction Armées Révolutionnaires Libanaises (FARL) dont fesait parti Georges Abdallah.

32 ans ans après, nous n'oublions pas les massacres commis avec l'appui direct d'Israël mais aussi des puissances impérialistes. Georges Abdallah est le dernier prisonnier politique de cette guerre menée par les sionistes au Liban en 1982. Enfermé en France depuis 1984 pour avoir osé s'attaquer à l'impérialisme, son combat est plus que jamais d'actualité !

Sabra et Chatila, on n'oublie pas !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :