Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Coup Pour Coup 31

Déclaration du collectif anti-impérialiste Coup Pour Coup 31.

 

Depuis 1999, le 19 juin est l'occasion de soutenir tous les prisonniers révolutionnaires emprisonnés à travers le monde.

Mais cette année, cette date a une résonance particulière. Car nous avions espéré ne pas citer le nom de Georges Ibrahim Abdallah dans la commémoration de cette journée. Nous avions espéré le voir enfin sortir de prison et retrouver son pays, le Liban, après plus de 28 ans enfermé sur le sol français. Lorsque le tribunal d'application des peines a délivré son avis favorable en novembre 2012, nous pensions que l'acharnement de l’État français à maintenir ce révolutionnaire en prison s'achevait. Mais il n'en ai rien : en octobre 2013, notre camarade Georges Abdallah rentrera dans sa 30eme année d'incarcération alors qu'il est libérable depuis 1999. Nous tenons à saluer, encore une fois, le courage et la détermination de ce militant anti-impérialiste et anti-sioniste.

 

En cette journée du 19 juin, nous n'oublions pas de saluer le courageux combat des prisonniers politiques palestiniens, enfermés dans des conditions inhumaines, pour avoir résisté au sionisme. Les prisonniers en détention administrative sont incarcérés sans même un procès. Le lundi 10 juin 2013, certains d'entre eux ont entamés une grève de la faim pour protester contre l'injustice dont ils sont victimes.

Nous n'oublions pas les immondes geôles du Maroc, où la torture et les humiliations sont le quotidien de centaines de militants révolutionnaires et progressistes. Que ce soit des étudiants, chômeurs, militants révolutionnaires, militants indépendantistes sahraouis, militants du Mouvement du 20 Février, le gouvernement de Mohammed VI tente d'enfermer toute contestation à son régime réactionnaire. La lutte pour leur libération s'amplifie à l'extérieur des prisons, mais aussi à l'intérieur où de nombreuses grèves de la faim sont organisées.

Nous n'oublions pas Mumia Abu Jamal, journaliste, militant antiraciste, ancien membre du Black Panther Party, enfermé depuis 1982 aux États-Unis. Le combat pour sa sortie du couloir de la mort à été gagné en 2011. Le combat pour sa libération se poursuit.

 

Cette liste n'est malheureusement pas finie. Partout dans le monde, des hommes et des femmes luttent pour leurs émancipations, contre l'impérialisme, contre les régimes réactionnaires. Et partout dans le monde, la répression fait rage et réprime quand elle ne tue pas. Nous inscrivons notre combat anti-impérialiste dans la lutte contre cette répression et la solidarité envers les personnes qui la subissent. Qu'ils soient enfermés en Palestine, au Maroc, En France, aux États-Unis, en Turquie, en Espagne, aux Philippines, en Grèce etc. le collectif anti-impérialiste Coup Pour Coup 31 réaffirme son soutien à tous les révolutionnaires et progressistes emprisonnés pour leurs idées et leurs combats.

 

 

« Camarades, c’est en se mobilisant toujours plus sur le

terrain de la lutte anticapitaliste anti-impérialiste que l’on

apporte le soutien le plus significatif aux prisonniers révolutionnaires. »

Georges Ibrahim Abdallah

 

19 juin 2013 : journée internationale du prisonnier révolutionnaire. Déclaration du collectif anti-impérialiste Coup Pour Coup 31.

 

Depuis 1999, le 19 juin est l'occasion de soutenir tous les prisonniers révolutionnaires emprisonnés à travers le monde.

Mais cette année, cette date a une résonance particulière. Car nous avions espéré ne pas citer le nom de Georges Ibrahim Abdallah dans la commémoration de cette journée. Nous avions espéré le voir enfin sortir de prison et retrouver son pays, le Liban, après plus de 28 ans enfermé sur le sol français. Lorsque le tribunal d'application des peines a délivré son avis favorable en novembre 2012, nous pensions que l'acharnement de l’État français à maintenir ce révolutionnaire en prison s'achevait. Mais il n'en ai rien : en octobre 2013, notre camarade Georges Abdallah rentrera dans sa 30eme année d'incarcération alors qu'il est libérable depuis 1999. Nous tenons à saluer, encore une fois, le courage et la détermination de ce militant anti-impérialiste et anti-sioniste.

 

En cette journée du 19 juin, nous n'oublions pas de saluer le courageux combat des prisonniers politiques palestiniens, enfermés dans des conditions inhumaines, pour avoir résisté au sionisme. Les prisonniers en détention administrative sont incarcérés sans même un procès. Le lundi 10 juin 2013, certains d'entre eux ont entamés une grève de la faim pour protester contre l'injustice dont ils sont victimes.

Nous n'oublions pas les immondes geôles du Maroc, où la torture et les humiliations sont le quotidien de centaines de militants révolutionnaires et progressistes. Que ce soit des étudiants, chômeurs, militants révolutionnaires, militants indépendantistes sahraouis, militants du Mouvement du 20 Février, le gouvernement de Mohammed VI tente d'enfermer toute contestation à son régime réactionnaire. La lutte pour leur libération s'amplifie à l'extérieur des prisons, mais aussi à l'intérieur où de nombreuses grèves de la faim sont organisées.

Nous n'oublions pas Mumia Abu Jamal, journaliste, militant antiraciste, ancien membre du Black Panther Party, enfermé depuis 1982 aux États-Unis. Le combat pour sa sortie du couloir de la mort à été gagné en 2011. Le combat pour sa libération se poursuit.

 

Cette liste n'est malheureusement pas finie. Partout dans le monde, des hommes et des femmes luttent pour leurs émancipations, contre l'impérialisme, contre les régimes réactionnaires. Et partout dans le monde, la répression fait rage et réprime quand elle ne tue pas. Nous inscrivons notre combat anti-impérialiste dans la lutte contre cette répression et la solidarité envers les personnes qui la subissent. Qu'ils soient enfermés en Palestine, au Maroc, En France, aux États-Unis, en Turquie, en Espagne, aux Philippines, en Grèce etc. le collectif anti-impérialiste Coup Pour Coup 31 réaffirme son soutien à tous les révolutionnaires et progressistes emprisonnés pour leurs idées et leurs combats.

 

 

« Camarades, c’est en se mobilisant toujours plus sur le

terrain de la lutte anticapitaliste anti-impérialiste que l’on

apporte le soutien le plus significatif aux prisonniers révolutionnaires. »

Georges Ibrahim Abdallah

 

 19 juin 2013 : journée internationale du prisonnier révolutionnaire